Billets de admin-okashi

Les dégâts causés par la sorcellerie

(Afrique) Les serviteurs de Dieu aiment ce qui est bien. Mais ils doivent aussi apprendre à haïr ce qui est mal. Cela veut dire qu’il faut rejeter les pratiques que Dieu déteste. Quelles sont quelques-unes de ces pratiques ? 

La séparation du couple 

C’est l’affectation la plus fréquente, et celle qu’Allah a citée pour illustrer la gravité que peut atteindre la sorcellerie : Ils apprennent auprès d’eux ce qui sème la désunion entre l’homme et son épouse « Sourate 2 : Al-Baqarah (La Vache) verset 102 du Coran ». Il y a deux symptômes révélateurs : la femme ne supporte plus son mari sexuellement et ne sent plus de plaisir dans les rapports ; ils se disputent sans raison, s’aiment quand ils se séparent et se disputent dès qu’ils se retrouvent. Ces symptômes se déclenchent brusquement après une période de vie normale ou même avant d’avoir commencé la vie commune. Les disputes normales se distinguent des disputes dues à la sorcellerie par le fait qu’elles ont une cause solide et bien connue et peuvent être gérées avec la raison. Les deux symptômes ci-dessus sont très révélateurs de sorcellerie. Si rien n’est fait pour l’enlever, la dispute peut s’aggraver jusqu’à détruire l’amour du couple et atteindre un point de non-retour, surtout quand les familles s’en mêlent. Aussi est-il important de diagnostiquer la sorcellerie le plus tôt possible pour limiter les dégâts. 
Il se peut qu’en plus on fasse de la sorcellerie pour que la femme ne puisse pas avoir des enfants ou pour que l’homme ne puisse pas avoir de rapports sexuels. Les formes sont variées : la femme n’a plus du tout de règles, elle ne tombe pas enceinte, elle fait des fausses couches, elle perd le bébé après quelques mois de grossesse ou le bébé meurt dans son ventre ; l’homme n’a aucune érection, il la perd en approchant de sa femme ou il la perd après avoir commencé l’acte, ce qui est le plus pénible. 
Le malade qui cherche à se soigner doit tout dire sans honte pour bien cerner le problème. 

Blocage du travail 

La personne a toutes les conditions pour avoir du travail mais à chaque tentative ses efforts n’aboutissent pas, sans raison valable. La place peut être promise, due ou garantie, mais il se passe quelque chose et cela n’aboutit pas ou bien la personne veut travailler mais n’a aucune énergie et aucune ambition. 

Blocage des études 

Il y a plusieurs variantes : l’étudiant ne peut pas raisonner mais seulement apprendre par cœur ; il oublie tout ; il a des maux de tête au moment d’étudier ; il arrive des problèmes au moment des examens ; il croit avoir réussi mais le résultat est insuffisant de justesse... 

Lire la suite

Bienvenue sur le blog du Grand Maitre OKASHI NAMO

J'ai reservé un blog afin d'y laisser certains enseignements qui seront utiles à tout un public. Sachez que le rôle d'un Grand Maitre ne consiste pas uniquemment à procurer des articles mystiques mais aussi à guider, à enseigner à conduire sur la bonne voie. 

Le titre honorifique de grand maître peut-être employé dans plusieurs contextes :

  • Grand maître est le titre traditionnel généralement attribué au dirigeant d’un ordre ou d’une confrérie.
    • grand maître de l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem : il a été attribué pour la première fois, en 1267, par un bref du pape Clément IV au supérieur de l'Ordre, Hugues de Revel1 (voir : liste des grands maîtres de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem) ;
    • l’ordre souverain de Malte, organisation caritative et dont le supérieur porte le titre de « grand maître » (voir : Grands maîtres de l'ordre de Malte),
    • décorations organisées à la façon des anciens ordres de chevalerie et ayant un « grand maître » à leur tête :
      • la Légion d’honneur (voir : Liste des grands maîtres de la Légion d'honneur).
      • l’ordre de Grimaldi (principauté de Monaco) dont le « grand maître » est le prince souverain.
      • l’ordre de Saint-Charles (principauté de Monaco) dont le « grand maître » est le prince souverain.
    • Autres exemples d'ordres à qui l'on prête le titre de « grand maître » mais qui ne l'ont pas utilisé à proprement parler :
      • Dans l’ordre du Temple, l'expression de « grand maître » n’est, en fait, apparue que tardivement, fin du XIIIe siècle, début du XIVe siècle, dans des chartes tardives et dans les actes du procès des Templiers. Ce grade ne semble pas avoir été utilisé par les Templiers eux-mêmes 2. Pour désigner le chef suprême de l’ordre, il convient donc de dire simplement le maître de l’ordre et non grand maître,
      • l’ordre Teutonique a d'abord été un groupe de chevaliers germaniques au sein de l'ordre des chevaliers Hospitaliers. Les dirigeants de ce groupe ne portent pas, à proprement parler, le titre de « grand maître ». (voir : Liste des grands maîtres de l'ordre Teutonique),
      • l’ordre de la Rose-Croix, qui, du point de vue des historiens, n’a jamais existé en tant qu’entité unifiée, mais plusieurs fraternités différentes ont utilisé cette appellation,
  • L’appellation de grand maître est aussi utilisée dans d'autres types d'organisation :
    • la Franc-maçonnerie pour désigner le premier responsable d’une obédience.

Source : Wikipédia.fr

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site